Projet

Tout avait plutôt mal commencé. Un divin père endormi, un rêve sans doute érotique, quelques gouttes de sperme sur une montagne perlée de rosée, et HOP… voici notre Cybèle ! Enfin pas tout à fait : née hermaphrodite, émasculée puis abandonnée, elle est adoptée et élevée par des panthères.  A force de parties de chasse et de siestes au soleil, elle devient la déesse de la terre, de la fertilité et de la nature sauvage.

Ephese04– Cybèle (temple d’Ephèse) – 

Mais quel rapport nous direz-vous avec notre voyage ?  Quel lien entre une déesse antique à la poitrine exubérante  et notre périple vélocipédique ?

Parce que nous partons à la rencontre de ceux et celles qui cultivent la biodiversité, à travers la préservation des semences paysannes. Céréaliers, maraîchers, éleveurs, mais aussi chercheurs engagés dans la conservation et le renouvellement de variétés ou de races anciennes, ils font vivre et réinventent le mythe de Cybèle.

 

POURQUOI CE THÈME ?

80% des légumes cultivés il y a 50 ans ont disparu aujourd’hui. Les nombreuses variétés paysannes ont été remplacées par quelques variétés commerciales, plus homogènes. L’érosion de la biodiversité cultivée est un phénomène sans précédent, qui mérite toute notre attention et notre action. Pourtant, les citoyens restent peu sensibilisés à ces problématiques.

2015 se profile déjà comme l’année du climat. Face aux risques, d’une immense opération de « greenwashing » et de fausses solutions, les semences paysannes apportent des réponses concrètes. Cultivées et sélectionnées depuis des siècles par les paysans, elles s’adaptent aux pratiques agricoles et aux conditions environnementales.

Il nous semble important d’amener ces questions sur la place publique, et surtout de porter la voix des paysans et des paysannes, que l’on entend trop peu.

Ceux qui sont engagés dans la conservation de ces semences mettent en place des modes d’organisation et de gestion collectifs novateurs. Alors que nos sociétés tentent de réinventer le Vivre ensemble, nous pensons que ces expérimentations locales peuvent constituer des sources d’inspiration.

COMMENT ?

Partir à la rencontre des paysans et paysannes, partager leur quotidien, participer aux activités agricoles. Le long de ce séjour, nous recueillerons leurs témoignages, avec notre micro et notre appareil photo. En parallèle, nous participerons à des événements collectifs (bourse d’échange, tours de champs).

Voyager d’un lieu à un autre en vélo nous permettra aussi de donner du temps à la rencontre, au hasard, à l’imprévu… et de laisser mûrir notre récolte radiophonique et visuelle.

Cette collecte sera restituée sous la forme de chroniques alliant image et son. Portraits de paysans ou de collectifs, cartes postales sonores d’un lieu ou d’un instant. Au fil de ces chroniques, nous aborderons différents aspects et enjeux liés aux semences paysannes.

Publicités

Une réflexion sur “ Projet ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :