Mina, portrait sensible d’une vigneronne

« On pourrait dire un vin de source, car l’eau de la source est pure comme le jus qui sort du raisin. » 

Anne-Marie, ou Mina, égrène son parcours dans les garrigues sèches du Minervois. Sur un plateau calcaire se dressent quelques hectares de vignes, à l’entrée de la maison, un panneau en bois indique « le petit domaine de Gimios ». Anne Marie nous étonne « le vin j’avais horreur de ça », « la vigne était pour moi une plante malade », nous nous asseyons sous la fraicheur d’une pergola pour boire ses paroles.

Autour de la vigne se tissent des liens intimes, comme autant d’anecdotes qui nous rappellent l’oeil du paysan-ne et son incroyable détermination. 

A lire aussi, un article du projet « chemin faisant » :

http://www.cheminfaisant2005.net/Rencontres/Producteurs/Producteur.php?Prod_Id=24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :