Les semences : un bien commun ?

DSC_0239N&B

Dès qu’on parle de semences paysannes, une série de noms barbares vient nous chatouiller les méninges…. DPI, TIIRPA, COV. Oulala !

La règlementation  est un labirynthe nébuleux où s’affrontent multinationales, mouvements paysans et administrations publiques, Pour nos regards novices, comprendre ces combats juridico-politiques requièrent la patience de Pénélope et l’intelligence d’Einstein. Comme nous n’avions ni l’une ni l’autre, nous sommes allées voir Guy Kastler, dans sa ferme du Minervois. Et là, guidé par notre Arianne à barbe blanche, miracle !… les brumes juridiques se sont (quelque peu) levées.

Nous sommes ressorties de cette rencontre ragaillardies, avec un constat –  les semences paysannes sont menacées, non pas de disparition, mais de privatisation – et un espoir : et si elles devenaient des biens communs ?

Vous pouvez lire le fruit (très synthétique et très partiel) de cette réflexion sur Reporterre !

Retrouvez ici des morceaux de cet entretien passionnant.

Guy Kastler, paysan et résistant

KASTLER-600x201

Des brebis à moitié sauvage au milieu de la garrigue et une ferme encore en construction. Guy Kastler n’est pas souvent chez lui dans le Minervois. Il est à Rome au siège de la Fao, à Bruxelles ou à Paris, dans les couloirs de l’Assemblée nationale. Paysan et penseur, il défend un autre modèle agricole, depuis ses champs jusque dans l’arène politique. Depuis plus de quinze ans, son combat a un nom : semences paysannes.

Rencontre avec l’un des fondateurs du Réseau semences paysannes, syndicaliste aguerri et paysan jusqu’au bout des ongles.

1. De la brebis à la semence

2. Un réseau pour défendre les droits des paysans

– Graphisme : RSP –

3. Liberté et biopiraterie

– Affiche : Fondation Léa Nature, RSP –

4. Trucs et astuces pour gagner en politique

– Dessin : Claire Robert, RSP –

5. « Résister c’est créer » : quelles propositions ?

– Dessin : ferme Campagnolle –

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :